J.O. Beijing 2008

La Sottevillaise avec Danny et Thomas, 18 août 2008

C’était le 18 août 2008. Les sottevillais Thomas Bouhail et Danny Rodrigues étaient tous les deux en finale olympique à Pékin. A cette occasion, la commune et le club de gymnastique de Sotteville avait organisé un grand rassemblement de supporter. Récit de cette journée historique.


Lundi 18 août 2008, les Sottevillais Danny Rodrigues et Thomas Bouhail sont en finale olympique à Pékin. A des milliers de kilomètres de là, tous leurs supporters se sont réunis pour soutenir et fêter leurs champions. En effet, la ville et le club de Sotteville-lès-Rouen ont organisé pour l’occasion un grand rassemblement de supporters dans la mairie de la commune. Les finales sont programmées à 12H et à 13H. Tout le monde s’est afféré pour que cette journée soit inoubliable. Pancartes, affiches, banderoles et même t-shirts souvenirs ont été prévus, tout a été réuni pour que la fête soit totale. C’est Frantz Gaillard, l’entraineur des masculins à la Sottevillaise, qui a géré d’une main de maitre cette organisation. Les familles de Danny et Thomas sont bien sûr présentes, tout comme la grande majorité des gymnastes du club ainsi que Laurent Guelzec, entraineur de Danny à l’Insep. Mr Pierre Bourguignon, maire de Sotteville est également présent pour soutenir ses athlètes et souhaiter la bienvenue à tous les supporters.

A midi pile les lumières s’éteignent et la salle des fêtes de Sotteville fait silence. La finale des anneaux va débuter et Danny Rodrigues va bientôt faire son apparition, pour sa 1ère grande finale olympique. Laurent Guelzec, tout juste rentrer de Pékin, sait mieux que quiconque ce dont est capable son élève et même s’il a toute confiance en la préparation de Danny, le stresse l’envahit au fur et à mesure que les secondes s’égrainent. La salle observe attentivement les passages des autres concurrents et scrutent les éventuelles erreurs. Il est maintenant 12H15 à Paris, 18H15 à Pékin lorsque les caméras de télévision se braquent sur Danny. Après une vague déferlante d’encouragements, le silence s’empare de la salle et tout le monde retient son souffle. Danny démarre son mouvement. Il présente son ‘gros’ mouvement qui lui permet d’avoir la meilleure note de départ de l’ensemble des finalistes. Son ‘spécial’ passe à la perfection, tout se déroule très bien. Il ne manque plus que la sortie, en double avant carpé. C’est réussi mais la réception n’est pas parfaite, un grand pas en avant va le pénaliser de plusieurs dixièmes. On attend la note. 16.225pts et la 3ème place au classement provisoire. Les rêves de médaille s’envolent pour Danny et s’est déjà la déception que l’on peut lire dans les yeux de son entraineur et de toute sa famille. La finale des anneaux se termine. Danny est finalement 5e. Quelques minutes plus tard sa famille arrive à le joindre par téléphone. Il est extrêmement déçu.

Le temps de se restaurer un peu et il est déjà l’heure de se remettre en place pour la 2ème grande finale de la journée, celle du saut, où deux français sont en lice dont Thomas Bouhail. Tout le monde regagne sa place. Il est 13H, la compétition reprend. Le tirage au sort n’a pas été très favorable à Thomas qui doit s’élancer en seconde position. 2ème des qualifications, Thomas a une grosse carte à jouer dans cette finale d’autant plus qu’il n’était même pas titulaire de l’équipe de France avant le forfait de Pierre Yves Beny, c’est la chance de sa vie.

Le concurrent Russe vient d’en terminer avec ses 2 passages, c’est au tour de Thomas de se présenter. C’est l’euphorie dans la salle, tout le monde pousse derrière lui. Il s’élance. Premier saut en tsukahara double arrière carpé, c’est réussi ! La note sort, 16.575pts, c’est bien parti. Reste le deuxième à réussir, ce qu’il avait parfaitement fait lors des qualifications, une lune double avant groupé avec demi-tour. Il court, réalise parfaitement son envol, un tout petit sursaut à l’arrivée et c’est l’explosion de joie dans la salle. Il sert les poings, très satisfait de sa performance.

On attend avec impatience que le résultat tombe enfin. Une moyenne de 16.537 pts lui permet de prendre provisoirement la tête du classement. La salle jubile mais il faut encore attendre. Benoit Caranobe ne réussira pas à rééditer son exploit du concours général et lorsque le Roumain Marian Dragulescu s’écroule à la réception de son deuxième saut, tout le monde comprend dès lors que Thomas est assuré de décrocher une médaille. Elle sera d’argent, bien que sa note soit identique à celle du Polonais Blanik, départagé par une ‘stupide’ règle olympique. Mais qu’importe, Thomas est vice champion olympique. Tout le monde est en pleurs et observe avec attention les images émouvantes de son champion sur le podium olympique. Le téléphone n’arrête pas de sonner mais il est temps d’aller sabrer le champagne ! En attendant le retour du héros, famille, amis et supporters portent un toast à son exploit ! Bravo Thomas, tu es un grand champion !

Nouvel article tiré du Journal Paris-Normandie sortie le lundi 4 Aout

JO: Bouhail l’acrobate de Pékin

clip_image001

Agrandir la photo
« Le petit bonhomme plein de vie » (ici à droite) comme le définit son ancien entraîneur Denis Charlieux, est devenu l’un des meilleurs gymnastes de sa génération

Suite et fin de notre série sur les débuts des Haut-Normands sélectionnés pour Pékin. Aujourd’hui Thomas Bouhail, le gymnaste de la Sottevillaise, revenu juste à temps pour sauter dans l’avion, après une blessure à l’épaule.

En gymnastique il n’y a pas de génération spontanée mais du travail, des années durant. On ne se révèle pas comme ça du jour au lendemain. Personne n’échappe à cette règle qui veut qu’il faut avoir débuté jeune. Ainsi Thomas Bouhail, 22 ans tout récents, s’aperçoit en se retournant qu’il doit en être à «quinze ans de gym».
L’autre loi souvent vérifiée, veut que le gymnaste qui s’ignore encore, soit un garnement remuant, agité et sautillant, au point de désespérer sa maman qui ne sait pas comment le calmer. «J’étais un peu speed, un peu turbulent», reconnaît l’intéressé. Donc il fera du sport. Du foot comme son frère ? De la natation comme sa mère ? Ou de la gym comme sa sœur ? «J’ai fait un peu de judo et de natation mais très peu de temps. La gymnastique c’était plus simple puisque ma sœur en faisait déjà.» Le futur Sottevillais débute dans la carrière au sein du club de Villemomble, où sa maman est d’ailleurs dirigeante. A l’école primaire – «J’étais en CM2» – il est repéré par le club voisin d’Aulnay-sous-Bois, autrement réputé. Aussi au collège, il va bénéficier d’une scolarité aménagée jusqu’en 3e pour pratiquer la gym. «Et dès la seconde, je suis entré à l’Insep (saison 2000-01). Je me suis vite aperçu que j’étais très, très loin du haut niveau. Mon entraîneur était Sébastien Darrigade et je lui dois beaucoup.»
Dans le creuset des champions Bouhail regarde, écoute et apprend vite. A la fin de sa première année il est vice-champion de France Espoirs du concours général.
Ljubljana, tournant décisif
Un moment important dans sa carrière mais pas encore celui où la gymnastique devient un sport et non plus un jeu, une activité sérieuse même si elle reste ludique. Le tournant décisif Thomas Bouhail le situe «lors des championnats d’Europe juniors 2004 à Ljubljana en Slovénie (les juniors se classent 4e par équipes), parce que l’on se déplaçait avec l’équipe de France seniors.» Là il en prend plein les yeux et sa détermination s’affermit. Les Jeux c’est dans quatre ans et Bouhail en sera.
En 2005 il débute chez les grands lors des Jeux Méditerranéens. En 2006 il dispute et les championnats d’Europe et les championnats du monde avec les seniors. En 2007 le voilà vice-champion d’Europe au sol à Amsterdam. Et patatras, juste après, c’est la blessure en septembre, «le gros pépin de ma carrière alors que je n’avais jamais été blessé sérieusement». Que faire ? Bouhail opte pour une opération immédiate de l’épaule, plutôt que de tergiverser et de bidouiller. Il espère revenir à temps. «En sachant que je manquerai les championnats d’Europe de Lausanne (8-11 mai, où les médaillés – comme Danny Rodrigues – étaient sûrs d’aller aux Jeux)» La bonne solution même si ce fut ric-rac. Il ne retrouve la compétition que fin mai et joue son va-tout à la mi-juin lors des championnats de France. Au terme de ceux-ci, dans une première liste, il n’est que suppléant pour Pékin. Après la (regrettable) blessure du malheureux Pierre-Yves Bény il devient titulaire. «En fait Pierre-Yves et moi étions tous les deux titulaires-remplaçants. Nous étions en concurrence jusqu’au 7 juillet et je serais passé devant. J’aurai gagné ma place.» Bouhail a toujours cru en lui.
Jean-François CARS

JO: Charlieux a toujours cru en Bouhail

«Un petit bonhomme plein de vie». Voilà ce que découvre Denis Charlieux, entraîneur des Amis gymnastes d’Aulnay-sous-Bois, quand il rencontre pour la première fois Thomas Bouhail. Il n’est pas bien vieux notre futur sélectionné olympique. Il a 10 ans, il est en CM2, une classe primaire où le club aulnaysien effectue des «détections lors de regroupements». Ceux qui sont intéressés et qui semblent doués entrent alors dans des classes sport-études au collège. «De la sixième à la troisième, ils ont quinze heures de gym par semaine, à raison de trois heures par jour, après les cours», détaille Charlieux.
Bouhail va mordre dans ce programme qui a une particularité, puisqu’à Aulnay «on privilégie l’acrobatie. Thomas adorait ça. Il était très habile, déterminé aussi.» Pas étonnant qu’aujourd’hui ses deux meilleurs agrès soient le saut et le sol, qui réclament d’être plutôt funambule. «Mais il avait des grosses carences au niveau de la souplesse, précise Charlieux. C’était un bout de bois et on avait du mal à l’étirer. Il fallait insister pour lui faire travailler ça. Cela a été un petit peu difficile. On a eu quelques petits coups de blues.» Difficile pourtant d’en vouloir à ce garçon «très rieur, toujours blagueur, très agréable, qui respirait la joie de vivre, avec un éternel sourire, le même que sa mère».
« Willig était meilleur »
A Aulnay, Charlieux voit bien, parmi ses élèves, qui peut tenter de viser plus haut. Aussi quand ils sont en quatrième, l’entraînement hebdomadaire passe pour eux à 20 h par semaine. «Est-ce que ça t’intéresse d’entrer à l’Insep quand tu seras en seconde ?», est la question que l’on pose à Bouhail, à d’autres aussi comme à Arnaud Willig, autre Aulnaysien qui deviendra Sottevillais et international. «Willig était meilleur que Bouhail au même âge. Au contraire de Thomas, il n’a pas voulu entrer à l’Insep tout de suite, mais deux ans plus tard quand il est devenu champion de France juniors». Mais Bouhail allait-il être accepté à l’Insep où n’entre pas qui veut ? «Il avait toujours des lacunes mais aussi des gros points forts : ses qualités physiques et d’acrobatie, sa perception de l’espace. Ce sont ces points forts qui ont été décisifs.»
La suite on la connaît. Avec un nouveau coach, Sébastien Darrigade, Bouhail va grimper les échelons avec une belle régularité. «Il a toujours l’air de rigoler même pendant les compétitions. Mais c’est un gagneur, il a soif de médailles. Il n’est pas arrivé là par hasard», estime Charlieux qui est bien sûr toujours en relation avec son protégé. «Je suis très fier de son parcours et j’espère qu’il fera quelque chose à Pékin», note ce premier mentor, qui regrette – bien sûr – que Bouhail et Willig ne soient plus Aulnaysiens. Mais ceci ne l’empêche pas de poursuivre sa mission en Seine-Saint-Denis. Denis Charlieux couve aujourd’hui un nouvel acrobate, Matthieu Jordan. C’est le champion de France junior 2008.

J.-F. C.

FFGYM – Spécial Pekin

News des gymnastes sottevillais sélectionnés aux JO de Pékin:
Danny RODRIGUES et Thomas BOUHAIL sont rentrés chez eux vers 14h aujourd’hui après le stage de Bourges
Jeudi et vendredi : entrainement à l’insep
Samedi depart à 15H40 pour pékin
du 28 aux 2 Aout : Stage au centre national d’ entraînement chinois à Pékin avec la délégation chinoise, c’est le même endroit que les préolympique de décembre 2007.
A partir du 3 ils s’installeront dans le village olympique.
Entraînement dans la salle de compétition le 7 ( sur le podium olympique)
Samedi 9 août match des français ( qualifications ou tout se joue)
Thomas passera aux 6 agrès, Danny passera au sol, arçons, saut et anneaux.

Voici la tenue olympique officielle si bien portée par Thomas

Danny RODRIGUES et THOMAS BOUHAIL sont titulaires

Encourager les dès maintenant:   ICI

Et lisez les encouragements pour Danny: Cliquez

et pour Thomas Cliquez

Encore merci à tous pour votre soutien

Programme Gymnastique Artistique heure française

jo-pekin2008.1195552093

Samedi 9 août 6h-16h12

Qualification Masculine   ( GAM )

Dimanche 10 août 4h-17h30

Qualification Féminine   ( GAF )

Mardi 12 août 4h-6h46

Finale par équipe GAM

Mercredi 13 août 4h-6h10

Finale par équipe GAF

Jeudi 14 août 5h-7h30

Finale Concours Général GAM

Vendredi 15 août 5h-6h58

Finale Concours Général GAF

Dimanche 17 août 12h-14h27

Finales par appareil: sol, arçons et saut féminin

Lundi 18 août 12h-13h30

Finales par appareil: barres asymétriques, anneaux et saut masculin

Mardi 19 août 12h-13h30

Finales par appareil: poutre, barres parallèles et fixe

Voici comment sont les médailles qui font rêver  !!

Medaille pékin versoMedaille pékin recto